aucun commentaire pour l'instant

Piste de Prière du Mardi 28 Mars 2017

« Veux-tu guérir ? »

Textes à lire : Ez 47,1-9.12 ; Ps 46(45) ; Jn 5,1-16

 [accordion]
[acc_item title= » Lecture : »]

Les textes que la liturgie nous propose en ce jour, nous montrent que Dieu est  la principale source de vie. Il en ressort que l’eau soit vue comme le point commun qui unit la première lecture et l’Évangile. La première lecture en effet, est une vision du prophète Ézéchiel concernant l’eau qui sort du Temple. Et  l’Évangile nous présente une scène de guérison miraculeuse au bord de l’eau.

En Israël tout comme ailleurs, l’eau a une signification profonde. C’est une  source et une puissance de vie dont l’absence donne lieu à un désert aride, pays de la faim et de la soif, où hommes et bêtes sont voués à la mort. L’eau qu’Ézéchiel voit sortir du Temple (v. 1), symbolise la puissance vivifiante de Dieu, qui va se répandre aux temps messianiques et permettre aux hommes de porter du fruit en plénitude (v. 12).

Dans le Nouveau Testament, le Christ est venu apporter aux hommes ces eaux vivifiantes promises par les prophètes. Certes, c’est lui le Rocher qui, frappé (Cf. Jn 19, 34), laisse couler de son flanc les eaux capables de désaltérer le peuple en route vers la véritable terre promise (1Co 10,4 ; Jn 7,38 ; cf. Ex 17,1-7). Il est également le Temple (Cf. Jn 2,19-21) d’où coule le fleuve qui va arroser la nouvelle Jérusalem (Jn 7,37-38 ; Ap 22,1.17). Dès lors, la source miraculeuse devient inutile, car c’est désormais le Christ seul qui sauve. Ceci se voit clairement dans l’Évangile de ce jour. Le paralytique, malade depuis trente-huit ans, est guéri non par l’eau de la piscine (v. 2), mais par Jésus, la source d’eau vive (Cf. Jn 4,10. 13-14 ; Jn 7,37-39). Contre toute attente, Jésus lui donne la santé physique et spirituelle. Bien plus, Il lui ouvre les portes de la vie éternelle (v. 14), et le rend proclamateur de la Bonne Nouvelle (v. 15).

 [/acc_item]
[acc_item title= »Méditation : »]

« Est-ce que tu veux retrouver la santé ? » (v. 6). Telle est la question essentielle que le Christ nous pose en ce jour, parce que tous, nous sommes malades de l’absence de Dieu dans nos vies. Nous souffrons  du  péché et de ses conséquences, d’ignorance de Dieu et du Christ, du manque de foi et d’amour pour Dieu et pour le prochain. Et le Christ voudrait nous redonner la santé, nous restaurer dans le bien-être en Dieu. Mais il ne peut pas le faire sans notre accord et collaboration. Pour cela, nous devons  briser avec notre suffisance pour retourner à Lui, qui seul peut guérir de tout ce qui ternit la vie divine en nous. Mais sommes-nous prêt(e)s à collaborer de la sorte ?

 [/acc_item]
[acc_item title= »Prière : « ]

Seigneur Jésus, ravive en moi la grâce du baptême par laquelle tu m’accordes la purification de mes péchés et la nouvelle naissance dans l’Esprit Saint.

 

[/acc_item]

[acc_item title= »Action : »]

À la lumière de la Parole de Dieu de ce jour, des sept péchés capitaux, des dix commandements et des commandements de l’Église, découvre tes paralysies ou péchés, et si possible va te confesser.

[/acc_item]

[/accordion]

Poster un commentaire