aucun commentaire pour l'instant

Piste de Prière du Lundi 26 Juin 2017

Soyons des frères et non des juges 

Textes à lire : Gn 12,1-9 ; Ps 33(32),12-13.18-22 ; Mt 7,1-5

 [accordion]
[acc_item title= » Lecture : »] 

Dans l’Évangile de ce lundi, l’insistance se veut sur les rapports avec nos frères croyants et incrédules. « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés… » (Mt 7,1), telle est la parole qui introduit l’enseignement de Jésus devant ses auditeurs ici. Il dénonce l’hypocrisie des pharisiens sur le jugement qu’ils portent sur leurs frères. En fait, en tant que docteurs de la loi pour la plupart, prenant en compte leurs œuvres de piété (aumône, prière et jeûne) faites publiquement, ils s’estiment justes devant Dieu. Ils pensent détenir la vérité, ce qui les amène à mépriser les autres. Jésus déconseille ce type de jugement.

En fait, il n’est pas  mauvais de porter un jugement sur des réalités qui animent notre existence. Mais, quant à cet orgueil de se faire passer pour seul juste et de juger les personnes, Jésus le rejette absolument. Dès lors, le type de jugement le plus profitable pour chacun de nous n’est-il pas le jugement de soi-même sous le regard de Dieu en vue de progresser dans l’amour de Dieu et du prochain?  

Notons que, être des frères et non des juges, est une grâce que nous tenons de par la famille dans laquelle notre appartenance à Dieu s’inscrit. Notons que nous faisons partie de ce peuple de Dieu, multitude de frères dont Abraham est l’ancêtre. Lorsque Dieu lui révèle sa vocation, c’est-à-dire l’appel à fonder le peuple d’Israël avec lequel il réalisera l’histoire du salut, il quitte tout pour obéir à cet appel dans la confiance en Dieu.

En effet, c’est dans un songe que Yahvé s’adresse à Abraham, lui demandant de quitter son pays, de se détacher de sa famille, de laisser tout ce qui pouvait le retenir, afin de partir vers un pays étranger. À cela, Dieu adjoint une récompense : « je ferai de toi un grand peuple, je te bénirai, je magnifierai ton nom, sois une bénédiction ! » (Gn 12,2). La condition d’Abraham n’est cependant pas aisée car il est déjà à la vieillesse (75ans), il a une femme Saraï et son neveu à sa charge. Mais il accepte l’appel du Seigneur : « Abram partit, comme lui avait dit Yahvé, et Lot partit avec lui » (v. 4). En fait, cela n’est que l’expression de l’entière confiance fait à Dieu, Père et créateur de tout. Raison pour laquelle au cours de son  voyage, il bâtit plusieurs lieux de culte à Yahvé en guise de reconnaissance (vv. 7-8).

[/acc_item]
[acc_item title= »Méditation :« ]

Au regard de la réponse d’Abraham, sommes-nous aussi prêts à quitter tout ce qui nous empêcherait  à témoigner que nous sommes ses fils dans la foi, et partant des frères et non des ennemis ? Sommes-nous prêts à faire tomber tout jugement qui nous empêche de nous accueillir les uns les autres comme des frères ou des enfants de Dieu ?

[/acc_item]
[acc_item title= »Prière : « ]

Dieu notre Père, augmente en nous la foi et l’amour, afin que nous sachions nous détacher des biens périssables et des passions qui nous empêchent de te faire confiance et qui excitent en nous le mépris de nos frères.

[/acc_item]

[acc_item title= »Action : »]

Exerce-toi aujourd’hui à ne juger et à ne condamner personne.

[/acc_item]

[/accordion]

Poster un commentaire